Wimbledon
Wimbledon - Pourquoi l'Espagne est la reine du tennis Photo : @efe

Wimbledon - Pourquoi l'Espagne est la reine du tennis

Quel est le secret de l'Espagne ? Quelle est sa recette ? Le pays domine le tennis masculin depuis plusieurs années, grâce, notamment, à Rafael Nadal, mais il est aussi à la pointe du "Girl Power" dans le tennis féminin. Garbine Muguruza compte à présent deux titres du Grand Chelem à son palmarès. Et que dire du palmarès des coachs ? Avec Toni Nadal, Anabel Medina Guarrigues, qui entraîne Jelena Ostapenko, Conchita Martinez, aux côtés de Garbine Muguruza, l'Espagne fait main basse sur les Grands Chelems à Roland-Garros et/ou Wimbledon chez les hommes et chez les dames. Mais comment font-ils ? 

Suivez tout le tennis 2.0 avec TennisActu.net

 

Une école efficace

Yves Latreille, coach et spécialiste de la biomécanique, a longtemps travaillé en Espagne, a son explication : "Les Espagnols ont une philosophie différente, basée sur les jambes et le mental, alors qu'en France on se base plus sur la technique et tactique. Emilio Sanchez disait que le tennis est constitué à 60 % du mental, 20 % des jambes, et à 20 % du feu, du désir de gagner qui vient des tripes. Le fait aussi de grandir sur terre battue donne un avantage, car c'est une surface qui permet de bien développer ces qualités-là". Cédric Nouvel, qui fut l'entraîneur de Virginie Razzano, aujourd'hui directeur de la HDN Academy, a eu l'occasion d'approcher de près les Espagnol(e)s et d'observer leur méthode d'entraînement : "Le ressenti que j'ai, et que j'avais quand j'étais sur le circuit c'est qu'ils ont une culture du travail, de l'effort, plus forte qu'en France. Bien sûr, il y a aussi la surface sur laquelle ils commencent. Ils développent leur jeu sur terre battue, avec des qualités physiques plus importantes. Mais surtout, il y une vraie culture du travail, dans sa dimension physique et mentale, et une capacité à se dépasser, à relever les challenges."  La différence entre l'Espagne et la France réside aussi peut-être dans l'organisation du sport lui-même : "Le tennis français s'est fonctionnarisé, car on a une Fédération qui a des moyens. En Espagne, il n'y a pas de grosse fédération, mais plutôt des grands clubs, des grandes académies, avec des milliers de licenciés, qui peuvent mettre en place des structures de formations et accueillir des grands coachs. Bernard Giudicelli veut bousculer ça. Peut-être est-ce une bonne idée ?" s'interroge Cédric Nouvel.

 

L'Espagne Reine du Girl Power ?

Anabel Medina Garrigues et Conchita Martinez, qui ont emmené leurs protégées respectives jusqu'au titre en Grand Chelem, Jelena Ostapenko et Garbine Muguruza sont toutes deux d'anciennes grandes championnes. La nouvelle vainqueure de Wimbledon expliquait avoir engagé sa compatriote aussi parce qu'elle a "bien joué à Londres". Et comment. Elle fut effectivement vainqueure sur le gazon anglais, mais aussi finaliste à l'Open d'Australie et à Roland-Garros, et demi-finaliste à l'US Open. Anabel Medina Guarrigues, fut, elle, 16e mondiale. Un atout de poids selon Cédric Nouvel : "Ce qui est à remarquer c'est que ce sont d'anciennes championnes. L'apport des anciens joueurs sur la génération qui suit n'est vraiment pas à négliger. Bien sûr, avoir été un grand champion ne suffit pas à faire un grand coach. Mais quand on est à la fois un grand coach et un ancien grand champion, c'est un sacré plus". Et en France ? Maintenant qu'Amélie Mauresmo n'est plus vraiment sur le circuit, les femmes semblent se faire rare. Pourtant, si l'on en croit Cédric Nouvel, la tendance pourrait se voir aussi dans l'Hexagone : "C'est vrai qu'il y a très peu de femmes qui coachent les hommes, mais chez les filles, il y a quand même plus de femmes coaches. Chez nous, la seule à accompagner les joueurs sur le circuit quasi 90% du temps, c'est Nathalie Tauziat. Elle est sur le circuit toute l'année. Ca vient petit à petit. Petit à petit on voit d'anciennes joueuses voire championnes qui s'investissent et qui deviennent coach à plein temps. C'est un vrai apport".  

 

La France peut-elle s'en inspirer ?

Le modèle espagnol peut-il donner des idées ici en France pour que les joueurs tricolores soulèvent enfin à leur tour un Grand Chelem ? Chez les dames, depuis Marion Bartoli, aucune joueuse n'a réussi à s'imposer dans un Majeur. Chez les hommes, c'est plus encore la disette et les vaches maigres. Cédric Nouvel y voit une matière à réflexion : "Ces performances posent une vraie question pour la FFT, pour savoir comment les Anciens peuvent apporter leur expérience aux jeunes, ce qu'ils peuvent leur transmettre. Par contre, je crois plus coachs à plein temps qui accompagnent les joueurs sur l'ensemble de l'année comme peut le faire Thierry Ascione, plutôt qu'à des collaborations ponctuelles comme l'ont fait ou le font actuellement Yannick Noah et Amélie Mauresmo

A LIRE AUSSI

Cédric Nouvel : "Il y a un trou générationnel"

Yves Latreille : Tsonga et Murray sous l'oeil de la biomécanique

Vous avez aimé cet article, partagez le ! 

Publié le par Clémence LACOUR


Brèves

Sondage

Novak Djokovic doit-il prendre une longue pause







Partenaires

Classement Mondial ATP

1 GBR MURRAY Andy7750 pts
2 ESP NADAL Rafael7465 pts
3 SUI FEDERER Roger6545 pts
4 SRB DJOKOVIC Novak6325 pts
5 SUI WAWRINKA Stan6140 pts
6 CRO CILIC Marin5075 pts
7 AUT THIEM Dominic4030 pts
8 JAP NISHIKORI Kei3740 pts
9 CAN RAONIC Milos3310 pts
10 BUL DIMITROV Grigor3160 pts

Classement Mondial WTA